AFFAIRE SANKARA: Blaise Compaoré bientôt de retour au Burkina Faso ? Voici les réponses

0
16

Le ministre de la réconciliation nationale du Burkina Faso, Zéphirin Diabré, a rencontré l’ancien président Blaise Compaoré il y a deux jours à Abidjan.

La rencontre s’est déroulée en présence du président ivoirien Alassane Ouattara. Des informations font état du retour de Blaise Compaoré, en exil en Côte d’Ivoire depuis sa destitution en octobre 2014. C’est la première fois qu’un fonctionnaire burkinabé le rencontre depuis son départ en exil. Selon plusieurs sources, Zéphirin Diabré serait venu demander à l’ancien président de participer au processus de réconciliation en cours au Burkina Faso.

Le ministre de la réconciliation nationale a également soulevé la question des charges retenues contre Blaise Compaoré dans l’affaire du meurtre de Thomas Sankara 34 ans plus tard.
«Pour un certain nombre d’Ivoiriens, une fois que Blaise Compaoré aura acquis la nationalité ivoirienne, la Côte d’Ivoire ne devrait traduire aucun de ses citoyens devant les tribunaux d’un autre pays», explique Sylvain N’Guessan, docteur en théories politiques et analyste sur la politique ivoirienne. la vie. Je pense que l’administration publique burkinabé essaie de contenir l’opinion publique en faisant croire que le président Blaise Compaoré pourrait être extradé du jour au lendemain. Sinon, en pratique, ce type de procédure prend du temps. «  »

Justice
Blaise Compaoré, bien qu’Ivoirien, reste un citoyen burkinabé. Et à ce titre, il ne doit pas échapper à la justice, estime Boniface Some, professeur et chercheur en sociologie à l’Université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou. Selon lui, « le pouvoir judiciaire burkinabé s’impose à tous les citoyens burkinabés. Maintenant, les tribunaux doivent trancher. Et je pense qu’en tant que Burkinabé, en tant que citoyen, il devrait normalement se soumettre à la justice de son pays ou du moins. répondre à la justice de son pays. «  »
Des personnalités proches du Congrès Démocratie et Progrès ont déclaré à l’ancien parti au pouvoir à DW qu’au nom de la réconciliation nationale, la justice devrait continuer à poursuivre Blaise Compaoré en relation avec l’assassinat de Thomas Sankara.

Pour le sociologue Boniface Some, «La réconciliation ne veut pas dire qu’il faut abandonner tel ou tel sujet. La réconciliation est avant tout une pensée qui a été lancée de manière holistique. Dans cette réconciliation, nous prenons en compte des institutions telles que la justice, c’est-à-dire la justice classique ou d’autres formats de justice. Toutes ces institutions ont leur place dans le processus de réconciliation. «  »

En 2015, la justice militaire burkinabè a émis un mandat d’arrêt international contre l’ancien chef de l’Etat Blaise Compaoré pour implication présumée dans l’assassinat de Thomas Sankara. Ce dernier a été tué en 1987 lors du coup d’État qui a porté Blaise Compaoré au pouvoir.
Réactions à Ouagadougou
A Ouagadougou, cette rencontre entre Zéphyrin Diabré et Blaise Compaoré est plutôt bien accueillie, mais avec quelques réserves quant à son retour dans une perspective de réconciliation nationale.

ref: mondeactuel

QU’EN PENSEZ-VOUS?

[comment]

PUB

Laisser un commentaire, votre avis compte!

[gs-fb-comments] [comment-form]

Laisser un commentaire, votre avis compte!