EM – Emmanuel Macron veut une réforme « systémique » de l’université

0

A trois mois de l’élection présidentielle, jeudi 13 janvier, Emmanuel Macron a présenté une réforme “systémique” des universités, qu’il veut “professionnaliser”, tout en jugeant insoutenable un système d’enseignement supérieur “sans aucun prix” pour les étudiants. étudiants, mais avec un taux de décrochage massif.

“Je le reconnais sans détour, nous avons commencé à combler les lacunes, mais nous devons redoubler d’efforts pour que notre université soit plus forte dans dix ans”, a-t-il déclaré par visioconférence Clôture du Congrès de la Conférence des Présidents d’Université. Le chef de l’Etat a d’abord remis en cause le système dual des grandes écoles universités.

“Nous avons trop longtemps accepté un modèle à plusieurs vitesses dans lequel les grandes écoles et les organismes de recherche s’occupent de la formation des élites et l’université les démocratisation de l’enseignement supérieur et administration des masses. Ce système est terminé”, a-t-il déclaré. « Demain, nos universités doivent être les piliers de l’excellence. “

Emmanuel Macron a également dénoncé le “gâchis intolérable” de l’échec en première année, où “seulement 50% des étudiants passent les examens”, malgré l’injection de nouvelles ressources et la création de 84 000 places.

Lui Dès lors, selon lui, ce n’est pas une question de moyens : « Nous ne pourrons pas rester dans un système où l’enseignement supérieur est inabordable pour la quasi-totalité des étudiants, où un tiers des étudiants sont considérés comme boursiers, mais où nous ont une si grande insécurité étudiante et luttent pour financer un modèle bien plus financé publiquement que n’importe où ailleurs dans le monde », a-t-il soutenu.

« Je dis les choses avec la clarté et la franchise que vous me connaissez », car « quand nous Si nous ne nous attaquons pas à ces problèmes structurels, nous nous mentirons », a-t-il poursuivi. Et plus loin : « Nous avons besoin d’une transformation systémique de nos universités. « Selon lui, elles doivent être plus autonomes. Ils l’ont fait, mais l’État doit signer avec eux de “vrais contrats d’objectifs et de moyens”. En particulier, “les universités n’ont plus seulement à garantir l’accueil des étudiants en formation, mais aussi à assurer l’orientation professionnelle des jeunes”.

“L’université doit se professionnaliser”, a souhaité Emmanuel Macron la logique de la demande », « L’alignement doit évoluer pour mieux répondre aux besoins de la nation », s’est-il exclamé. le nouveau financement – 25 milliards d’euros sur 5 ans – de la loi de programmation de la recherche, “un rattrapage” à ses yeux.

Manuel Tunon de Lara, président de la Conférence des présidents d’université, rebaptisée France Universités, a un Une plus grande autonomie des établissements, mais aussi des appels au financement d’un enseignement supérieur “à la hauteur de nos ambitions”.

Dérive après dérive on se retrouve avec des “chercheurs” dans la décolonisation !
mes parents avec le bac 1960 en savent plus que le bac 3 1990 et le bac 5 aujourd’hui, à quelques exceptions près.
Pas assez d’ingénieurs, pas assez de chercheurs pour trouver…
Enfin un président courageux !

De quoi souffre la France ? Un État qui veut s’occuper de tout mais qui n’en a pas la capacité. Résultat : chaque fois que l’État intervient, tout empire.
Laissez-les prendre soin de leur communauté : la paix et les infrastructures au lieu d’allumer des fusibles partout. Ce pays est au bord du chaos à cause de leur interventionnisme inapproprié

Laissant de côté l’anti-macronisme primaire, le constat est dur mais vrai. Malheureusement, cela affecte tout notre système de formation. Certes le ministre V. Pecresse a tenté de donner plus d’autonomie aux universités, mais cela a plutôt facilité la dérive de certaines. Sans véritable objectif, direction ou gestion, le bateau n’a pas vraiment relevé la barre. Le président des universités françaises, qui réclame encore plus de moyens, montre que le bon diagnostic n’est pas encore partagé. Les conseils de Freedom sont judicieux, mais il reste à savoir comment surmonter la résistance d’une communauté (comme elle s’appelle) au changement, dont JMB n’a pas encore mesuré la persistance. Ce grave enjeu pour l’avenir du pays devrait faire l’objet d’un consensus politique sur un plan général de relance, débattu et voté au parlement, plutôt que de vaines luttes.

Consultez les articles de la rubrique Education,
Suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses d’actualités.

FAQPolitique de confidentialitéPolitique de cookiesCrédit d’impôtTutoriel vidéoPublicitéContactPlan du siteMentions légalesCGUCGV Charte de modérationArchive

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu Point inclus dans votre annonce.

Pour cela, saisissez votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.

Keywords:

Emmanuel Macron,Higher education,Student,Emmanuel Macron, Higher education, Student,,,Emmanuel Macron,université,gauche,enseignement supérieur,,emmanuel macron, université, politique, education, emmanuel, envisage, gratuité, france, macron,,,,,,,,Recherche-Universités-Enseignement supérieur-Études supérieures-Formation-Université-Emmanuel Macron,