EM – “J’avais peur d’être massacrée” : la confiance de Nadine Trintignant dans son avortement

0

Dans sa jeunesse, alors que l’avortement était illégal, Nadine Trintignant a pratiqué un avortement en secret. Un épisode traumatisant pour la réalisatrice.

C’est un combat qu’elle mène depuis des années. Le 5 avril 1971, Nadine Trintignant est l’une des signataires du manifeste de 343 femmes qui prouvent qu’elles ont avorté à une époque où les avortements étaient illégaux. Dans sa jeunesse, elle avait secrètement avorté quatre fois “parce qu’on n’avait rien dans le cercle, rien à manger pour un enfant”, se souvient le réalisateur dans les colonnes du magazine Elle. A cette époque les femmes vivaient dans “la peur bleue (…) chaque mois de grossesse”. Nadine Trintignant explique à nos confrères qu’elle a été aidée par une autre militante des droits des femmes. “J’ai emprunté l’indemnité d’avortement à Françoise Sagan, avec qui j’étais amie”, raconte Nadine Trintignant.

“J’habitais rue du Bac, elle, rue de l’Université, nous venions ensemble à 5 heures du matin de chez Castel , dit le réalisateur. A 16 ans, un samedi après-midi à Paris, j’y suis allée avec une amie de l’usine de pédicules pour laquelle je travaillais et qui devait avorter. C’était horrible, sale, je ne voulais pas vivre ça, j’avais peur d’être massacrée et de ne plus avoir d’enfants. » Pour ne pas vivre la même chose, Nadine Trintignant s’est envolée pour la Suisse pour un avortement. “Je suis allée avec l’argent de Françoise chez un médecin à Genève”, se souvient-elle de l’hebdomadaire. Elle poursuit : “Des années plus tard on jouait au poker à Saint-Tropez, Jean-Louis était un grand joueur, il a gagné une somme d’argent incroyable. contre Françoise. Je lui ai chuchoté à l’oreille : ‘Ne prends pas un centime à Françoise, on lui doit de l’argent !’ Elle avait oublié”.

Il y a des années, Nadine Trintignant racontait sur son blog qu’elle était tombée sur un médecin qui ne l’avait pas du tout aidée. Et d’avoir menti pour pratiquer cet avortement. “J’ai dit que mon amant de soldat (c’était vrai. Jean-Louis a terminé son service militaire) m’avait laissé tomber (et c’était faux. J’étais rédacteur en chef et nous n’avions pas les moyens d’avoir un bébé à l’époque .”) Que mes parents se sont disputés pendant mon enfance (et je n’ai eu aucun problème à pleurer pour répandre ces mensonges sur ceux que j’aimais), ” a écrit la mère de Marie Trintignant, se souvenant qu’il l’avait prévenue [qu’ils finissent] en trottoir. ” Si les avortements sont approuvé”, le combat pour les femmes battues doit continuer aujourd’hui”, a-t-elle déclaré à Paris Match : “C’est mon combat, je vais partout où je peux pour défendre leur cause”.

27/11 à 15h59 je suis d’accord avec ton excellent commentaire ! Merci beaucoup !

J’admire cette femme Nadine et son mari Jean Louis. Ils sont restés dignes malgré le meurtre de leur fille Marie.. Un drame pour eux toute la famille et pour les quatre enfants de Marie pendant que le tueur a encore des jours heureux…

Les informations recueillies par le biais de ce formulaire font l’objet d’un traitement informatique pour Reworld Media Magazines et/ou ses partenaires et prestataires pour l’envoi de bons plans et offres promotionnelles .
Conformément à la loi « Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d’un droit d’accès, de modification et de suppression des données qui vous concernent.
Pour en savoir plus ou pour exercer vos droits, veuillez consulter nos conditions générales d’utilisation.

Keywords:

Nadine Trintignant,Jean-Louis Trintignant,Marie Trintignant,Bertrand Cantat,Alain Corneau,Nadine Trintignant, Jean-Louis Trintignant, Marie Trintignant, Bertrand Cantat, Alain Corneau,,Nadine Trintignant,famille,mari,nouvelles,Jean-Louis Trintignant,,People, Actualité,