Bénin : Patrice Talon inculpé de parjure devant la Cour constitutionnelle

0
9

Au Bénin, la Cour constitutionnelle a reçu une demande de déclaration de parjure du Président de la République.

Le président béninois Patrice Talon a-t-il violé son serment ? C’est la question à laquelle la Cour constitutionnelle du Bénin doit répondre très prochainement. La Cour suprême des affaires constitutionnelles a été saisie d’une demande en ce sens. La demande émane d’Eudes Houessou Aoulou, candidat à la présidentielle raté qui a été remporté au premier tour en avril 2021 par le président Patrice Talon, alors candidat à sa propre succession. Le 15 avril 2021 à Calavi, la demande a été enregistrée au secrétariat de la Cour constitutionnelle sous le numéro 0665/143 / REC-21.

Dans sa requête, le candidat débouté demande à la Cour constitutionnelle de constater un « acte de parjure commis par le président de la République ». Il estime que le chef de l’Etat Patrice Talon a « violé » son serment. Ceci, écrit-il, « en refusant d’user de son pouvoir constitutionnel pour organiser les élections législatives d’avril 2019 conformément à la constitution ». Car, rappelle Eudes Houessou Aoulou, seuls les partis de la mouvance présidentielle, notamment l’Union progressiste (UP) et le Bloc républicain (BR) étaient autorisés à participer au vote.

Lire aussi Bénin : Alexandre Hountondji emprisonné

Pour lui, ces élections violent la loi n° 90-32 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin. Il considère que ces élections législatives « où il n’y a qu’une seule sensibilité » ne « garantissent plus la démocratie pluraliste à laquelle le peuple a confirmé son attachement ».

« Face à cet échec, nous vous demandons de prendre acte du parjure du Président de la République SEM Patrice Talon pour la violation de son serment de « défendre et respecter la constitution que le peuple béninois s’est volontairement engagé.  » ont donné  » « , demande-t-il – lui des sept sages. « Ce parjure est aggravé par la promulgation de la révision constitutionnelle, effectuée en procédure d’urgence et sans consensus national, principe à valeur constitutionnelle », juge Eudes Houessou Aoulou.

Lire aussi Le Bénin ne vit pas sous une dictature, Ismaël Kaffo

La demande du candidat qui échoue à l’élection présidentielle de 2021 doit être examinée lors d’une séance de la deuxième chambre préliminaire de la Cour suprême le mardi 8 juin 2021. Mais selon les informations de Banouto, l’audience a été reportée à une date ultérieure.

banouto

#Bénin #Patrice #Talon #inculpé #parjure #devant #Cour #constitutionnelle

QU’EN PENSEZ-VOUS?

[comment]

PUB

Laisser un commentaire, votre avis compte!

[gs-fb-comments] [comment-form]

Laisser un commentaire, votre avis compte!