Ebene Magazine – Algérie: La montagne se souvient encore d’Hervé Gourdel

0
12
Ebene Magazine - Algérie: La montagne se souvient encore d'Hervé Gourdel

Je me souviens du vent froid qui fouettait nos visages et déposait l’herbe que les vaches broutaient comme si de rien n’était. Des aigles planant au-dessus de nos têtes pour mieux se moquer des profondeurs de la vallée où se situe le village d’Aït-Ouabane au cœur du parc national de Djurdjura en Kabylie. Et surtout de ce point de vue privilégié, où Hervé Gourdel a laissé sa marque, comme un repère sur le mur.

Alors que le procès de l’assassinat du guide de montagne français s’ouvrait ce jeudi à Alger, les moindres détails de la tragédie m’est revenu en septembre 2014.

Tout a commencé le 21 septembre. Ce jour-là, nous avons appris qu’un Niçois de 55 ans, marié et père de deux enfants, venu en Kabylie pour une randonnée de dix jours – il n’était pas en Algérie depuis 1989 – avait été kidnappé par un groupe de djihadistes. . Le lendemain, dans une vidéo montrant l’otage en sweat-shirts jaunes et bleus entre deux hommes aux visages masqués par leurs joues et armés de kalachnikovs, ce groupe a nommé les soldats du califat (Jund al-Khilafa) et afin d’appartenir à la Le groupe État islamique (EI), François Hollande, alors président de la République, a lancé un ultimatum appelé «chien»: il a dû mettre fin à la participation de la France aux grèves contre Daech en Irak sous peine d’heures pour voir son ressortissant «massacré» . « Je vous exhorte, Monsieur le Président, à faire tout ce qui est en votre pouvoir pour me sortir de ce chaos », a déclaré Hervé Gourdel à l’époque.

Dans une autre vidéo parue mercredi 24, le guide sera entendu à nouveau. «Françoise, Anouk, Erwan, mes parents, je vous aime. Ses derniers mots. Ses ravisseurs en vêtements afghans l’ont décapité sous nos yeux horrifiés à la lumière de ce qui a été interprété comme le lever du soleil.

A cette époque, Abu Bakr al-Baghdadi d’Irak a même séduit les djihadistes du maquis algérien, déçus par l’indolence des l’émir d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Abdelmalek Droukdel, qui a formé son organisation.

Il y avait cette vidéo inquiétante, qui a été tournée dans un manteau impénétrable de cèdre et de sapin, dans laquelle nous étions une trentaine Des jihadistes algériens dont certains étaient armés de visage nu et se sont félicités de leur fidélité à Abu Bakr al-Baghdadi. Malgré un démarrage spectaculaire, l’Etat islamique n’a finalement pas réussi à faire de l’Algérie la «wilaya» (province) sur laquelle il comptait pour étendre son influence.

Abdelmalek Gouri, considéré par les services de renseignement algériens comme le cerveau de l’opération, deviendra en Décembre Embuscade par l’armée en 2014 et abattue à moins de 100 kilomètres d’Alger. Il faut dire que depuis l’assassinat d’Hervé Gourdel, les perquisitions des militaires n’ont pas cessé – l’armée avait installé son camp dans un stade abandonné – et ont exhorté les terroristes à quitter leur maquis pour rejoindre d’autres. Endroits plus sûrs. Selon les autorités algériennes, tous ont été tués.

Cependant, il reste un suspect qui doit, à juste titre, comparaître à Alger ce jeudi: Abdelmalek Hamzaouin, membre présumé des soldats du califat, inculpé de «kidnapping, torture et intention de meurtre « ainsi qu’en raison de » la création et de l’organisation « d’un groupe terroriste armé. « Capturé et interrogé par l’armée, il a conduit les militaires et les gendarmes jusqu’au corps d’Hervé Gourdel.

Je me souviens aussi de ce jeudi 15 janvier. Près d’une rivière qui traverse les villages de Takhlidjt et Tiferdoud séparés, dans le au milieu des arbres fruitiers, à une trentaine de kilomètres du lieu de son enlèvement, la dépouille du leader français avait été retrouvée après près de quatre mois de recherches.

Aujourd’hui, les cinq compagnons d’Hervé Gourdel, qui est accusé, les autorités non , semblera avoir prévenu qu’ils accueillaient un étranger et s’être informés trop tard de son enlèvement.

Les jours qui ont suivi l’enlèvement, les habitués de l’alpinisme, qui connaissent la région, ont été étonnés que les guides « aient pris un tel risque Et qu’au-delà du chemin forestier qui longe la forêt jusqu’à la tristement nommée « Grotte des Maccabées » il est de notoriété publique que la zone n’est plus sûre et que le dernier Les casernes militaires de l’Assoupli-Belvedere marquent une sorte de frontière. «Entre deux mondes», m’a dit un jour un garde de la ville.

À l’époque, leurs rapports en faisaient des alpinistes et des randonneurs amateurs plutôt inconscients. Ils ont contacté Hervé Gourdel sur Facebook et ont organisé sa visite avec autorisation pour obtenir le visa et l’hébergement afin que le guide puisse entrer en Algérie et être accueilli au mieux. «Nous sommes ensuite allés faire du shopping pour notre excursion et nous sommes allés directement au chalet», a déclaré l’un des guides en 2014 dans la presse algérienne. Le groupe avait prévu de passer deux jours à définir l’étendue de la randonnée, deux jours de plus à pied. deux autres pour découvrir les grottes de la région, très réputées. Et puis la pluie avait perturbé leurs plans. Après s’être arrêtés près du village d’Aït-Ouabane, ils auraient entamé l’ascension vers le mont Lalla Khedidja, le plus haut sommet du Djurdjura, à 2308 mètres d’altitude.

AUSSI LIRE Comme Hollande à propos de son mandat de cinq ans # 1 dit: « Ce n’est pas un drame quand ça s’arrête »

Impressionné par les massifs nord-africains, habitués à organiser des stages dans l’Atlas marocain depuis vingt ans, le guide de haute montagne et ses compagnons traverseraient alors la route nationale revenu. Au col de Tizi n’Kouilal, ils seraient allés dans la forêt d’Aït-Ouabane pour chercher de l’eau de source. A cette époque, leur chemin aurait croisé celui des jihadistes.

« Nous étions encerclés par des terroristes sans savoir d’où ils venaient », a déclaré un autre employé. «Ils se sont présentés comme des soldats du califat et ont dit qu’ils avaient prêté allégeance à Abu Bakr al-Baghdadi. Nous nous sommes accrochés à eux et leur avons demandé de laisser Hervé partir en vain. Il avait perdu la vue, il ne comprenait pas ce qui se passait. «  »

Un an plus tard, à ce point de vue privilégié, où nous étions en train de reconstituer son parcours avec une équipe de tournage, les habitants de Tikjda, ancien domaine skiable où se trouvait le chalet d’Hervé Gourdel, se sont assurés que  » les routes étaient parfaitement sûres «  » les touristes étaient revenus « . Un poste de sécurité permanent a été installé à proximité d’un sentier de montagne régulièrement bloqué par la neige après le début de l’hiver. Je me souviens également des soldats armés qui étaient armés de jumelles et surveillaient toujours la zone. Moins enthousiaste, un patriote (nom donné aux civils armés dans les années 1990 pour combattre les terroristes) a suggéré que « dans cette grande forêt, trop grande et trop dense », il est difficile de savoir si « tous les terroristes ont été tués ».

Depuis, l’eau a de nouveau coulé sur les chemins sinueux sur lesquels Hervé Gourdel avait osé. En six ans, les groupes se réclamant de l’Etat islamique et d’AQMI ont été décimés par l’armée ou contraints de se retirer en Tunisie ou au Mali. La mort d’Abdelmalek Droukdel lors d’une opération des forces Barkhane dans le nord du Mali au début du mois de juin de l’année dernière marque sans aucun doute la fin d’une ère pour la filiale d’al-Qaïda, désormais reprise par l’un des derniers vétérans d’Abou Obeida Youssef al-Annabi islamisme armé des années 1990. Selon des sources sécuritaires algériennes, il y a au plus 300 hommes dans le maquis algérien, répartis en petits groupes et très isolés.

Pour moi, cependant, le choc et la crainte ne se sont pas dissipés avec le temps, et l’alternance ensoleillée et neigeuse les clichés du majestueux Djurdjura que les randonneurs algériens partagent sur les réseaux sociaux me ramènent encore et encore à ce 24 septembre.

Consultez les articles de la section Afrique.
Suivez les informations en temps réel et accédez à notre analyse de l’actualité.

FAQTutoriel vidéoPublicitéContactez-nousSitemapMentions légalesCharte de modération CGUCGVPolitique des cookiesArchive de la politique de confidentialité personnelle

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu du point inclus dans votre fiche.

Pour ce faire, saisissez votre numéro de participant dans les paramètres de création de compte.

Ref: https://www.lepoint.fr

QU’EN PENSEZ-VOUS?

[comment]

Laisser un commentaire, votre avis compte!

[gs-fb-comments]

Laisser un commentaire, votre avis compte!

Laisser un commentaire, votre avis compte!