Ebene Magazine – Bon trimestre: Infineon profite de la reprise des marchés automobiles

0
12

est à nouveau un peu plus optimiste après de bonnes affaires au deuxième trimestre et a légèrement relevé ses prévisions pour la deuxième fois. Le PDG Reinhard Ploss voit le groupe Dax sur la voie de ses objectifs pour l’exercice ainsi que sur la bonne voie. Parce qu’Infineon continue de bénéficier de la reprise en cours sur les marchés automobiles et du marché en plein essor des semi-conducteurs. En bourse, la nouvelle a laissé les investisseurs froids dans un premier temps, la part était récemment de 3,5% dans le rouge.

Pour l’exercice 2020/2021 en cours (jusqu’à fin septembre), Infineon prévoit désormais un chiffre d’affaires d’environ 11,0 milliards d’euros, plus ou moins 3%, et donc un peu plus que la dernière cible en février, comme la société l’a annoncé. Jusqu’à présent, le spécialiste des semi-conducteurs prévoyait un chiffre d’affaires de l’ordre de 10,8 milliards d’euros plus ou moins 5% après le rachat d’un milliard de dollars du groupe américain Cypress Semiconductor, lorsque Infineon avait légèrement relevé ses prévisions en février.

Infineon s’attend désormais à ce que la marge opérationnelle (marge de résultat du segment) soit d’environ 18%. Le fabricant de puces avait précédemment calculé une marge basée sur le résultat du segment de 17,5%. Les investissements prévus devraient continuer à se situer autour de 1,6 milliard d’euros.

L’électronique pour accélérer la transition énergétique et pour le travail et la vie à la maison reste très demandée, a expliqué Ploss. « Dans la plupart des domaines d’application, la demande dépasse nettement l’offre. Les usines Infineon tournent à plein régime et nous continuons d’investir dans des capacités supplémentaires », a souligné le directeur. Infineon voit des goulots d’étranglement dans les segments dans lesquels le groupe achète des puces à des fabricants sous contrat – en particulier pour les microcontrôleurs pour la voiture et les produits IoT, a déclaré Ploss en raison de la pénurie mondiale encore aiguë de semi-conducteurs.

Les concessionnaires ont décrit le deuxième trimestre comme solide et les perspectives pour le troisième trimestre fiscal en cours comme solides. Les objectifs annuels plus élevés ne surprenaient plus le marché, a-t-on dit. Un expert du marché a également précisé que les chiffres présentés n’étaient plus enthousiastes, mais que la croissance était intacte.

L’activité d’Infineon a continué de se redresser au deuxième trimestre de l’année (jusqu’à fin mars). Par rapport au trimestre précédent, les ventes ont augmenté de 3% à 2,7 milliards d’euros. Le spécialiste des semi-conducteurs était ainsi en ligne avec les attentes des analystes. Infineon a pu réaliser des gains significatifs, notamment dans le secteur automobile particulièrement important. Infineon réalise la part du lion de ses ventes avec l’industrie automobile. L’année dernière, le groupe a ressenti les conséquences de la crise Corona là-bas.

L’évolution de la demande a également été moins positive dans la division PSS, qui regroupe l’activité avec des puces pour l’alimentation électrique ainsi que pour les appareils mobiles tels que les tablettes et les smartphones. En revanche, le Neubiberger a dû faire face à de légères baisses de l’activité des semi-conducteurs industriels ainsi que de la division CSS, dans laquelle, entre autres, l’activité des puces pour le paiement sans contact ou des consoles de jeux est regroupée.

Le résultat d’exploitation (résultat sectoriel) était de 470 millions d’euros au deuxième trimestre, cependant, 4% en dessous de la valeur du trimestre précédent. La marge opérationnelle est en baisse de 1,2 point de pourcentage et s’établit à 17,4%. Cependant, Infineon s’était déjà montré prudent sur ce chiffre clé et s’attendait à une marge inférieure par rapport au trimestre précédent.

Le groupe avait justifié cela en février avec le nouveau cycle de prix. Infineon a conclu des contrats d’approvisionnement à long terme comprenant des réductions de prix échelonnées. En outre, Infineon avait bénéficié d’effets spéciaux en début d’année, par exemple des subventions de recherche reçues et des ventes de brevets. Le résultat net est un bénéfice net consolidé de 203 millions d’euros au deuxième trimestre de l’exercice après 256 millions d’euros un trimestre plus tôt. Cependant, par rapport à la même période de l’année précédente, Infineon a pu nettement augmenter tous les chiffres clés.

Pour le troisième trimestre en cours, Infineon prévoit un chiffre d’affaires compris entre 2,6 et 2,9 milliards d’euros. Infineon a souligné que les restrictions de livraison existantes ralentiront la croissance des ventes, notamment en raison de la fermeture provisoire des installations de production à Austin (État américain du Texas). En outre, les capacités des sous-traitants sont limitées. La marge de résultat du segment devrait être d’environ 18%. Indépendamment de cela, Infineon a clairement indiqué que les incertitudes dues à la pandémie de coronavirus étaient encore à prévoir et que la prévisibilité de la poursuite des activités était limitée. (dpa-AFX / gem)

Tout le contenu est protégé par le droit d’auteur © Crain Communications GmbH.
La duplication non autorisée est interdite. Tous droits avec l’éditeur.

Ref: https://www.automobilwoche.de

QU’EN PENSEZ-VOUS?

[comment]

PUB

Laisser un commentaire, votre avis compte!

[gs-fb-comments] [comment-form]

Laisser un commentaire, votre avis compte!