Ebene Magazine – Neutralité CO2: pas de nouveaux projets de combustibles fossiles, recommande l’AIE

0
4

Oubliez tout projet d’exploration pétrolière ou gazière «maintenant» et arrêtez de vendre de nouveaux véhicules à combustion après 2035. Ce sont les mesures nécessaires pour atteindre la neutralité carbone d’ici le milieu du siècle et limiter le réchauffement climatique à 1,5 ° C Agence internationale de l’énergie.

La route est « étroite » mais toujours « réalisable ». « Et promet » d’énormes avantages « en termes de l’emploi, de la croissance économique ou de la santé, note l’AIE, qui, mardi, six mois avant la COP26 des Nations Unies, a publié une feuille de route de premier plan vers cet objectif.

La «neutralité carbone» qui consiste à ne pas émettre plus de gaz à effet de serre que le monde peut absorber, implique de changer le paysage énergétique avec une baisse accélérée de la demande de combustibles fossiles et une augmentation des énergies renouvelables au-delà, notre trajectoire n’envisage pas une nouvelle localisation pétrolière ou gazière », précise l’agence. «La demande en baisse rapide de pétrole et de gaz naturel signifie qu’il n’y a aucun besoin d’exploration ou de nouveaux champs de pétrole et de gaz au-delà de ceux déjà approuvés. «  »

Pour le charbon le plus nocif qui a recommencé à être consommé, le monde doit déclarer la fin des décisions d’investissement pour les nouvelles centrales électriques.

Au contraire, le secteur de l’électricité doit être neutre en CO2 dans le monde en 2040. Cela signifie que d’ici 2030, quatre fois plus de capacités solaires et éoliennes seront installées par an qu’en 2020, une année record.

Pour l’année 2050, l’agence voit 90% de l’électricité issue d’énergies renouvelables et une grande partie des le reste de l’énergie nucléaire. Les ressources fossiles ne fourniront qu’un cinquième de l’énergie (contre 4 cinquièmes aujourd’hui).

Pour cela, la vente de voitures neuves à moteur thermique doit être arrêtée en 2035. Les calculs de l’AIE correspondent donc à ceux de l’ONG de transport & Environnement. En réalité, cependant, la plupart des fabricants ne sont pas là – même si certains sont plus capables. L’efficacité énergétique doit également augmenter de 4% par an à partir de cette décennie, soit trois fois le taux moyen des deux dernières décennies.

« L’ampleur et la rapidité des efforts nécessaires pour atteindre cet objectif critique et redoutable – notre meilleure chance Lutter contre le changement climatique et limiter le réchauffement climatique à 1,5 ° C – en font peut-être le plus grand défi auquel nous ayons à faire face. L’humanité n’a jamais eu à faire face « , admet-elle au directeur de l’AIE, Fatih Birol.

le monde sur cette voie, les gouvernements doivent agir de manière décisive, soutenus par une coopération internationale beaucoup plus forte « , ajoute l’économiste, alors que près de 785 millions de personnes sont toujours sans électricité.

Globalement, cette voie augmenterait l’investissement dans le secteur de l’énergie à $ 5000 milliards par an d’ici 2030. Cela augmenterait le PIB mondial de 0,4 point de pourcentage par an, selon l’AIE dans une analyse réalisée avec le FMI.

Les défis liés à l’augmentation de la part d’électricité, par exemple le besoin en électricité rare, ne manquent pas Métaux nécessaires aux nouvelles technologies mais concentrés dans un petit nombre de pays et porteurs d’instabilité lorsque le marché n’est pas organisé. Insiste l’AIE.

Enfin, le scénario repose en partie sur des technologies qui ne le sont pas encore. disponible. En 2050, près de la moitié de la réduction des émissions de CO2 aujourd’hui en phase de démonstration sera due aux technologies, selon l’AIE: des batteries avancées, de l’hydrogène vert compétitif, mais aussi des systèmes de captage et stockage du carbone (CSC), une solution qui fait l’objet est un débat entre les experts du climat.

Dave Jones du groupe de réflexion axé sur l’énergie Ember voit ce rapport comme « un renversement complet de l’AIE basée sur les fossiles il y a 5 ans »: « un vrai couteau coincé dans les fossiles du industrie de l’énergie « .

La décision d’arrêter les voitures à moteur thermique en 2035 est une anomalie. Pourquoi ? Parce que les véhicules électriques ne sont pas une panacée en matière d’émissions de gaz à effet de serre. En fait, construire une voiture électrique nécessite de fabriquer des batteries. Pour autant que nous le sachions, ces derniers nécessitent des matériaux rares qui sont obtenus auprès d’enfants, notamment en Afrique. La pollution causée par l’extraction de ces matières rares est importante. L’utilisation de la voiture électrique entraîne plus d’inconvénients au niveau des freins que les voitures thermiques. Les plaquettes de frein sont dix fois plus utilisées que dans les véhicules à combustion interne car il n’y a pas de freinage moteur, donc les freins sont utilisés plus souvent, ce qui libère de fines particules dans l’air. À la fin de la durée de vie de la batterie; Il y a le recyclage des batteries, qui émettent beaucoup de gaz à effet de serre. Au final, la voiture électrique émet une pollution importante pendant une durée de 5 ans et est identique aux voitures thermiques. Cependant, lors de sa fabrication et lors de sa destruction, la pollution est transportée ailleurs que dans les villes et dans les pays utilisant des véhicules électriques. Au niveau mondial, la voiture électrique est polluante. La question demeure également: qu’en est-il de la production d’énergie électrique? Seule l’énergie nucléaire reste propre en termes de CO². Et les politiciens semblent vouloir réduire la production d’électricité à partir de l’énergie nucléaire. À titre d’exemple, j’ai loué une voiture électrique et facturé 17 cents par km. C’est deux fois plus cher que d’utiliser des combustibles fossiles. Honteux!

C’est ce qu’il devrait dire à la Chine, qui construira au cours des dix prochaines années autant de centrales électriques au charbon que la capacité totale de production d’électricité de l’Europe! De plus, l’Europe n’est pas représentée en tête de liste des pays polluants par habitant pour les gaz à effet de serre CO2 …! Si seuls les Français et quelques Européens font un effort, ce ne sera pas suffisant! La France est le 61e pays polluant par habitant, et si l’on inclut sa production pour ses propres besoins et pour les autres pays, elle est 174e sur 186 … Quoi d’autre?

A un réalisateur nommé Fatih Birol qui dit des bêtises.

Lisez les articles de la section Environnement,
Suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses d’actualités.

FAQTaxe de créditTutoriel vidéoPublicitéContactez-nousPlan du siteMentions légalesCharte de modération CGUCGVPolitique relative aux cookiesArchive de la politique de confidentialité personnelle

Créez un compte pour accéder à la version numérique du magazine et à tout le contenu de l’article inclus dans votre annonce.

Pour ce faire, saisissez votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.

Keywords:

International Energy Agency,Petroleum,Energy,Carbon neutrality,Renewable energy,Greenhouse gas,International Energy Agency, Petroleum, Energy, Carbon neutrality, Renewable energy, Greenhouse gas,,action, actualité bourse, analyse graphique, analyse technique, assurance, bourse, bourse de paris, cac 40, consommation, cotation, cotations, devises, économie, emploi, entreprises, fcp, Figaro, immobilier, impôts, indices, investissement,,,Agriculture-ONU-Avoirs-Pollution-Consommation-Industrie-Climat-Société-Environnement-Fatih Birol-Agence internationale de l’énergie,

QU’EN PENSEZ-VOUS?

[comment]

PUB

Laisser un commentaire, votre avis compte!

[gs-fb-comments] [comment-form]