Ebene Magazine – Strasbourg adopte une partie de la définition de l’antisémitisme de l’IHRA

0
11

La mairie verte de Strasbourg, critiquée il y a deux mois pour ne pas avoir adopté la définition de l’Alliance internationale pour se souvenir de l’Holocauste (IHRA), a voté lundi soir après de vifs débats sur une motion qui n’en contenait qu’une partie. définition.

Les groupes parlementaires LREM et LR ainsi que ceux de l’ancienne ministre de la Culture et ex-maire de Strasbourg, PS Catherine Trautmann, ont été extrêmement critiques à l’égard de ce texte et ont également permis l’adoption de deux motions, dont cette fois définition complète de chaque 15 voix.

Le texte proposé par la Maire EELV Jeanne Barseghian, qui affirme que Strasbourg « mène une action complète contre l’antisémitisme et toutes les formes de discrimination », a été adopté par la majorité du maire environ deux mois après son rejet le 22 mars EELV Jeanne Barseghian a adopté cette définition de l’IHRA.

Recevez gratuitement notre numéro du jour par e-mail pour ne pas manquer les meilleures nouvelles

Inscription gratuite!

Cette décision, qui avait provoqué colère et malentendus au sein de la communauté juive, avait eu lieu dans le même conseil local, dans lequel le principe d’une subvention de 2,5 millions d’euros pour la construction d’une mosquée par une association d’origine turque , Millî Görüs, a été réalisée. a été élu.

La motion sur l’antisémitisme a été adoptée par 46 voix (sur 65 sièges) après des échanges très tendus et déposée par la majorité barseghienne qui a dit « profondément » regretter « l’émotion » provoquée par la polémique.

« Nous rejetons et combattons l’antisémitisme sous toutes ses formes », affirme notamment le texte, qui propose onze mesures concrètes pour lutter contre l’antisémitisme (soutien aux commémorations, promotion du patrimoine juif…).

Mais au grand dam de ses opposants, il n’adopte pas la définition de l’IHRA dans son intégralité et « maintient seulement les termes suivants: L’antisémitisme est une certaine perception des Juifs qui peut se manifester par la haine envers eux. Le les manifestations rhétoriques et physiques de l’antisémitisme visent les personnes juives et non juives et / ou leurs biens, les institutions communautaires et les lieux de culte. « 

Le texte de la mairie de l’écologiste se ferme en particulier le passage d’où il ressort que «le déni du droit des Juifs à l’autodétermination, par exemple en affirmant que l’existence de l’Etat d’Israël est le fruit d’une entreprise raciste» est une forme d’antisémitisme.

La motion insiste sur le fait que «la liberté d’expression et la critique des politiques de tout gouvernement», y compris d’Israël, sont des «droits inaliénables». Cependant, elle «condamne fermement tous les préjugés, la discrimination et la violence antisémite fondés sur ou une association perçue avec Israël, y compris ceux qui ont pris la forme d’une nouvelle expression en niant l’existence de l’État d’Israël.  » Israël ‘.

La définition de l’IHRA a « certaines vertus » mais aussi « des limites », a fait valoir Mme Barseghian.

Au cours des débats houleux centrés sur cette définition, la majorité des Barseghiens et leurs opposants ont été incapables de le faire. parvenir à un accord, ces derniers mettant leurs propres textes au vote.

« Le conseil municipal de Strasbourg » a accepté « la définition développée par l’IHRA en acceptant deux motions (…) et Mme Trautmann dans un communiqué a salué la regrette que la majorité « n’ait pas soutenu la définition de l’IHRA ».

Tout sur le coronavirus

Ref: https://fr.timesofisrael.com

QU’EN PENSEZ-VOUS?

[comment]

PUB

Laisser un commentaire, votre avis compte!

[gs-fb-comments] [comment-form]

Laisser un commentaire, votre avis compte!