Venom : Let There Be Carnage; Bande d’annonce

0
55

La longue attente d’un nouveau film sur Venom est bientôt terminée. Venom : Let There Be Carnage sortira en salles plus tard cette année, et IGN s’est entretenu avec le réalisateur Andy Serkis pour dévoiler en exclusivité la première bande-annonce officielle de cette suite.

La relation défaillante d’Eddie et Venom

D’emblée, la bande-annonce montre clairement qu’Eddie et son « autre » ont du mal à cohabiter dans le même corps. Eddie essaie de remettre de l’ordre dans sa vie et de reconstruire sa carrière de journaliste. Mais le symbiote, lui, ne pense qu’à jouer le rôle de « Lethal Protector, » à tabasser les méchants et à assouvir sa faim insatiable.

Andy Serkis nous explique « qu’ils en sont maintenant à ce qui est, en quelque sorte, à une étape de vie de couple compliqué dans leur relation. Ils sont ensemble depuis… un an et demi, disons, depuis la dernière histoire. Ils essaient de comprendre comment cohabiter l’un avec l’autre. Et c’est comme vivre avec un enfant détraqué pour Eddie qui a vraiment du mal. Il n’arrive pas à se concentrer. Il essaie de continuer à travailler, et l’autre, bien sûr, ne pense qu’à lui, en général. »

Serkis poursuit : « Donc, avoir cet autre être dans un petit espace dans son petit appartement, c’est comme regarder dans une sorte de miroir bizarre et dérangé de lui-même. Et Venom se sent bien sûr piégé, car il ne peut pas quitter le corps d’Eddie sans sa permission. Et quand ils sortent, le deal est clair : tu vis dans mon corps, tu suis mes règles. Et nous sommes menacés. Nous sommes dans une situation dangereuse. On doit se taire. Et personne ne doit savoir, à cause de tout ce qui s’est passé dans la dernière histoire, si les gens découvrent et comprennent ce qui se passe, nous serons tous les deux emmenés dans la zone 51 et examinés. »

En d’autres termes, même si la suite porte sur l’affrontement tant attendu entre le Venom de Tom Hardy et le Carnage de Woody Harrelson, il est clair qu’Eddie continuera à être son propre pire ennemi.

L’obsession de Cletus Kasady pour Eddie Brock

Le premier film Venom introduisait le personnage joué par Harrelson, Cletus Kasady, dans une scène de post-crédits, où Cletus, incarcéré, promettait : « Quand je sortirai d’ici, et je le ferai, il y aura un carnage. »

Cette scène laissait entendre qu’il existait une sorte de relation ou de lien entre les deux personnages, et la bande-annonce de la suite montre que Cletus a développé un intérêt certain pour Eddie pendant les mois qui séparent les deux films. En fait, il semble presque être l’Hannibal Lecter d’un Eddie « Clarice Starling. »

Serkis montre clairement que Cletus est attiré par Eddie parce qu’il sent une âme sœur. Eddie, quant à lui, voit dans cette relation l’occasion de fouiller dans le passé tordu de Kasady et de découvrir les lieux où sont enterrées ses victimes de meurtre disparues, relançant ainsi sa propre carrière de journaliste.

« Ils ont tous deux eu une éducation étrange avec des relations étranges avec leurs parents et leurs familles. Et il y a une solitude inhérente qu’ils reconnaissent l’un et l’autre. Cletus ne veut parler qu’à Eddie Brock. C’est au début de l’histoire que nous avons appris qu’il était le seul à qui il parlait. Et les flics veulent donc qu’Eddie aille enquêter et tente de découvrir où se trouvent certains des corps, certains des nombreux corps des victimes de Cletus, » dit Serkis.

« Eddie est en mission, mais il est aussi égoïste, comme peut l’être Eddie. Il veut entrer là-dedans et peut-être faire une histoire, revenir à ce qu’il veut faire le plus, c’est-à-dire écrire et être journaliste. C’est ainsi que se met en place la confrontation, ou la fausse relation, qu’Eddie prétend avoir avec Cletus, afin d’en tirer des informations, » ajoute Serkis.

Comme le montre la bande-annonce, la folie de Cletus se reflète dans les dessins étranges et complexes qui tapissent les murs de sa cellule. Ces dessins peuvent avoir ou non une signification particulière pour l’intrigue, mais ils offrent certainement un aperçu de l’esprit terrifiant de Cletus Kasady.

« Cletus a une imagination et un esprit extraordinairement enfantins mais vifs, et il s’exprime en dessinant. Sa cellule est entièrement recouverte de ces marques et expressions vraiment bizarres. C’est comme sa colère et sa frustration, sa tristesse, son désespoir et sa solitude, » explique Serkis.

Enfin, pour les fans curieux du changement radical de la coiffure de Cletus entre les deux films, Serkis a indiqué que le changement est censé refléter le passage du temps et l’évolution de l’état mental de Cletus.

« Nous voulions donner le sentiment qu’il est là depuis un certain temps et qu’il est passé par divers changements. … pour que nous puissions vraiment [voir] ce qui se passe avec la noirceur du personnage. »

Quelle est la place de Shriek ?

Si Carnage est clairement le méchant principal de cette histoire, la suite présente également le personnage de Naomie Harris, Francis Barriston (alias Shriek). Dans les bandes dessinées Marvel, Shriek est à la fois la partenaire et l’amante de Carnage. Si Serkis ne dit pas si les deux personnages seront liés par une relation amoureuse dans le film, il révèle qu’elle est directement liée à l’accent mis par le film sur les personnages perturbés ayant des parents violents.

« C’est une âme endommagée et elle a vraiment souffert dans son enfance, mais il y a une réelle vulnérabilité en elle, et elle souffre beaucoup… Elle a vécu dans l’isolement pendant des années, des années et des années, » nous dit Serkis. « Avec tous ces personnages, ce qui est si magnifiquement dessiné à leur sujet, c’est qu’ils ont de multiples facettes, ils sont totalement authentiques et crédibles, et pourtant …. Elle est dangereuse aussi et je pense qu’elle a son propre sens de l’équité et de la justice, et je pense que lorsque cette ligne est franchie, alors vous voyez un côté très, très dangereux et sombre en elle, et c’est ce que nous voulions faire avec le personnage. »

Serkis confirme que la suite explorera la tension entre Eddie et son ex-petite amie Anne Weying (jouée à nouveau par Michelle Williams). À l’heure actuelle, Anne est toujours en couple avec le personnage de Reid Scott, le Dr Dan Lewis, mais Serkis laisse entendre que l’ancienne étincelle est peut-être encore là.

« Elle a en quelque sorte pris une décision dans sa vie, ‘Je dois passer à autre chose. Je ne peux pas être avec cette personne. Il n’est pas fiable du tout. Il n’est pas sincère. C’est un vagabond, et j’ai apprécié ce personnage fougueux que j’ai fréquenté, mais il n’est pas pour moi. En fin de compte, je dois trouver quelqu’un en qui je peux avoir confiance, avec qui je peux aller de l’avant et former un couple solide avec lui, sans être tout le temps ballottée par cette folie. »

L’arrivée de Carnage en Live-Action

Ce ne serait pas vraiment un film de super-héros si le méchant principal restait impuissant et derrière les barreaux pendant tout ce temps. La bande-annonce indique clairement que Cletus va tromper la mort lors de sa tentative d’exécution, en se liant d’une manière ou d’une autre à un morceau du symbiote et en devenant Carnage.

« C’est tellement fun de travailler sur ce personnage sur son design, en s’inspirant du monde du Comic, » explique Serkis. « C’était merveilleux d’avoir l’opportunité de prendre ce personnage que l’on a jamais vu avant sur grand écran, pour autant qu’on le découvre dans notre histoire, et de vraiment jouer avec son physique, la manière dont il bouge, et comment il projette ses tentacules. »

Dans les comics, les symbiotes deviennent progressivement plus forts avec chaque nouvel hôte, ce qui signifie que Carnage est généralement bien trop puissant pour que Spider-Man ou Venom puissent le maîtriser seuls. Mais Serkis explique que son film cherche à refléter les différences entre Venom et Carnage. Cletus n’est peut-être pas un poids lourd physique comme Eddie, mais sa personnalité dérangée lui ouvre un tout nouveau monde de capacités, dont certaines que les fans n’ont jamais vues auparavant.

« Il peut se transformer en brume. Il peut se transformer en une multitude de tentacules. Il peut prendre différentes formes. Il peut se transformer en arme, il peut faire toutes ces différentes choses, » nous explique Serkis. « Les symbiotes sont le reflet de la personne qui est leur hôte. Ainsi, avec Carnage, on retrouve la noirceur, l’enjouement, l’esprit, l’étrangeté de Cletus. Il a une réelle intelligence et… un vrai sens de l’humour, et nous voulions refléter cela dans le symbiote qui lui est lié. »

Étant donné les antécédents de Serkis en matière de motion-capture (il a joué Gollum dans les films du Seigneur des anneaux, César dans la série de reboot de La Planète des singes, etc.), il n’est pas surprenant qu’il ait mis cette expérience à profit pour sa première mission de réalisateur. Serkis explique à IGN qu’une grande attention a été portée à la façon dont ces personnages se déplacent à l’écran et à la mise en valeur des différences physiques entre Venom et Carnage.

« Venom est… assez direct d’une certaine façon. C’est comme un quarterback. Il est très ancré dans le sol, très lourd physiquement, et comme un quarterback, la force brute est son truc. Alors que Carnage, de la même manière que Cletus est manipulateur psychologiquement et physiquement, il peut prendre votre énergie et la détourner complètement contre vous. Nous voulions donc que son style de mouvement soit très singulier, décalé et étrange, et que vous ne puissiez pas le cerner. Ce serait comme essayer de se battre avec une pieuvre. »

Serkis ajoute : « Nous avons également pu travailler avec des danseurs et des acteurs sur une scène de capture de performance, et voir les choses prendre vie, puis utiliser des petits bouts et s’entraîner, juste pour essayer des choses. Les tests de mouvement de Carnage était une période vraiment passionnante dans la construction du film. C’était une partie vraiment passionnante. »

ref: ign

QU’EN PENSEZ-VOUS?

[comment]

PUB

Laisser un commentaire, votre avis compte!

[gs-fb-comments] [comment-form]

Laisser un commentaire, votre avis compte!