« Ils ont tout simulé » : Lalanne donne sa version de la dispute avec l’équipe du Quotidien

0
9

Après l’altercation avec l’équipe du Quotidien à Avignon, Francis Lalanne a donné sa version des faits dans Touche pas à mon poste et a nié l’usage de toute violence. Il a affirmé avoir déposé une plainte.

Francis Lalanne a été invité à Touche pas à mon poste (TPMP) sur C8 le 10 juin pour s’exprimer sur l’incident qui a eu lieu entre lui et des journalistes du Quotidien.

L’un de ces derniers a porté plainte l’accusant de l’avoir « coupé de poing » et de l’avoir frappé avec des écouteurs, ce que M. Lalanne a démenti.

« Ce ne sont que des fake news et des mensonges », a-t-il déclaré, soulignant que son avocat avait reçu une réponse du parquet d’Avignon affirmant qu’aucune plainte n’avait été déposée contre le chanteur.

Il a nié avoir frappé :

« Je n’ai pas soufflé ! Je suis debout dans une cabine et là les gars entrent sans me dire bonjour et ils me mettent le micro sous le nez. Je sais ce qu’ils allaient faire de cette séquence ! », a déclaré Francis Lalanne. Il a également révélé qu’il avait déposé une plainte auprès du Conseil d’éthique et de médiation journalistique (CDJM) car « le comportement de ces personnes est contraire au journalisme ».

Par ailleurs, M. Lalanne a dénoncé une « mise en scène » précisant que les reporters ne s’étaient pas rendus à l’UMJ (Unité médico-judiciaire) d’Avignon :

« Ils se taisaient à la fête, ils montaient une sorte de mise en scène où ils partaient et revenaient. » Il a également affirmé avoir une cinquantaine de témoignages prouvant ses propos.

« Je n’ai pas levé la main »

« Ils ont tout fait semblant, y compris la peur ! Il n’y avait pas lieu d’avoir peur car je n’ai pas levé la main vers eux ! assura-t-il.

Il a également indiqué avoir décidé de porter plainte contre la société de production de Quotidien, tant contre les deux reporters que contre TMC.

La querelle en question

Le 5 juin, l’artiste s’est fâché contre deux journalistes du Quotidien qui voulaient l’interroger dans une université civile où l’on pouvait voir principalement des gilets jaunes.

Le journaliste Paul Larrouturou a déclaré à l’époque que lui et son collègue avaient été examinés par le service des urgences de l’hôpital Cochin et que le caméraman avait été diagnostiqué avec un traumatisme crânien et une tendinite post-traumatique à l’épaule. De son côté, M. Larouturo a expliqué qu’il s’était fait une entorse au poignet après avoir tenté de séparer les deux hommes.

.

#Ils #ont #tout #simulé #Lalanne #donne #version #dispute #avec #léquipe #Quotidien

QU’EN PENSEZ-VOUS?

[comment]

PUB

Laisser un commentaire, votre avis compte!

[gs-fb-comments] [comment-form]

Laisser un commentaire, votre avis compte!