Braun-Pivet en tête de la rencontre, Obono boucle le RN, le retour de la robe Duflot

0

Dix jours après le second tour des élections législatives, l’Assemblée nationale élit enfin son premier président.

Yaël Braun-Pivet, première femme à débarquer

Ce n’était pas une élection surprenante. Il y a cinq ans, novice en politique, Yaël Braun-Pivet devenait mardi la première femme présidente de l’Assemblée nationale. Les femmes “doit réussir en politique sans imiter ni adapter un modèle masculin”elle a gouverné avant les élections. Dans une Macronie encore très masculine (on se souvient de la terrible photo lors de la présentation de la coalition présidentielle Ensemble !, avant les élections législatives), elle succède à Richard Ferrand – qui, disait-elle en 2018, “n’incarne aucun renouveau”

10 choses à savoir sur Yaël Braun-Pivet, première femme à siéger à l’Assemblée nationale

Yaël Braun-Pivet, présidente de la prestigieuse commission des lois pendant cinq ans, avait subi un procès « et amateurisme » de l’opposition, mais aussi des élus de la majorité. Les députés de la précédente législature rappellent notamment son comportement lors de l’affaire Benalla et, l’actualité le rapporte, son rejet en 2018 de l’inscription du droit à l’avortement dans le préambule de la Constitution.

Une autre critique a été adressée à la députée des Yvelines : elle a quitté le gouvernement samedi, après seulement trente-six jours au ministère des Outre-mer. Un manque d’attention à ces zones a provoqué la colère de plusieurs élus locaux.

L’Assemblée nationale en cinq anecdotes

Construit en 1728, le Palais-Bourbon a ouvert mardi le XVIe législateur. L’occasion pour BFMTV de raconter cinq belles histoires sur le lieu. Saviez-vous par exemple que Yaël Braun-Pivet doit désormais s’asseoir dans le fauteuil le moins confortable de toutes les institutions de la République ? Elle aura également le devoir de se tenir droite et de garder les jambes fléchies. Autre tradition : les préposés s’assurent à tour de rôle que l’orateur sur le podium ait toujours un grand verre d’eau lors des débats parlementaires. Un remède contre “gorge sèche”explique Bruno Fuligny, fonctionnaire de l’Assemblée nationale à BFMTV.

Assemblée nationale : La revanche des Kevins

De l’eau, les parlementaires en ont fait tomber de la verrière de la grande salle de réunion qui a recueilli la pluie ces dernières années. Les nouveaux députés pourront enfin travailler sur la terre ferme puisque les travaux de réfection seront terminés à l’automne 2021. Heureusement, quand la pluie est tombée, ce n’était pas sur les ordinateurs, car il n’y en a pas ! Les rédacteurs des débats prennent encore des notes à la main puis les mettent en ligne sur le site de l’Assemblée nationale. Dernier étonnement : l’existence d’une “petite chambre” qui permettait d’enfermer pendant 24 heures des députés trop virulents ou intoxiqués. Libre à chacun d’imaginer ceux qui y ont passé le plus de temps.

Obono refuse la main du RN

Avant leur arrivée dans l’hémicycle, les délégués étaient rangés par ordre alphabétique pour procéder au vote du président de l’Assemblée. L’occasion de voir les élus des différents partis assis côte à côte, donnant lieu à de savoureux moments : “Le RN Julien Odoul vient de s’asseoir à côté de Danielle Obono, il lui tend la main, elle l’ignore superbement”, a écrit sur Twitter qu’un journaliste de “Paris-Match” était sur place. La rentrée à l’Assemblée promet sans doute encore cinq années savoureuses !

Dix ans après, la robe Duflot revient à l’Assemblée

Alors celle-ci, on ne s’y attendait pas. Assise pour la première fois dans la grande salle de conférence, l’écologiste rhodanienne Marie-Charlotte Garin a tweeté une photo sur laquelle on voit une partie de sa robe. “Ouverture du XVIe législature et une odeur de transmission dans l’air », elle a écrit. Une déclaration à laquelle les internautes ont réagi : mais ne s’agirait-il pas de la même robe que portait Cécile Duflot, alors ministre, en 2012 lorsqu’elle a été sifflée par les machos de la droite ?

Réponse de l’intéressé dans les commentaires : “Ce n’est pas pareil, c’est le mien”, écrit-elle avec un clin d’œil. Elle a ensuite répondu à un tweet expliquant le processus : « Je dois la vie que j’ai aux féministes qui ont commencé à ouvrir la voie… et c’est une histoire qui continue. † A 26 ans, Marie-Charlotte Garin est en effet au début de son combat.

La référence à l’Algérie française qui est annulée

Premier malaise dans la grande salle de conférence. Nupes élus – y compris Sabrina Sebayhi et Sandra Regole – a dénoncé la référence à l’Algérie française dans le discours d’investiture du doyen RN de l’Assemblée nationale José Gonzalez, à l’ouverture de la nouvelle législature (traditionnellement, le discours d’investiture revient au député le plus âgé). Dans son allocution, l’élu des Bouches-du-Rhône, pied-noir né à Oran, a évoqué son pays natal où il s’était rendu “secousse”“J’y ai laissé une partie de ma France”à l’indépendance de l’Algérie en 1962, expliqua-t-il, interrompant son discours, ému.

Et d’ajouter plus tard, dans les couloirs de l’Assemblée, qu’il n’y était pas” juger si l’OEA a commis des crimes ou non ».

N’en déplaise à José Gonzalez, l’organisation de l’armée secrète, l’OAS, fondée en 1961, a commis des crimes.

« ComFi » : Nupes choisit son candidat commun

Le « rebelle » Eric Coquerel ou la socialiste Valérie Rabaut ? Après plusieurs jours de tensions et de déclarations en tous genres, les Nupes ont finalement choisi de proposer l’élu de Seine-Saint-Denis au poste de président de la commission des finances de l’Assemblée, poste clé remis à un délégué d’un groupe d’opposition. Lors de la précédente législature, Eric Coquerel était déjà membre de la “ComFi”, qui compte environ 70 députés. Face aux autres groupes d’opposition (Elisabeth Borne a promis que la majorité ne participerait pas au vote), l’union de la gauche (LFI, PS, EELV, PCF) est favorisée en proposant un candidat commun.

Le RN crie à “la piraterie des Nupes”

Le candidat unique de Nupes ne cadre pas avec le parti d’extrême droite et son candidat Jean-Philippe Tanguy (Somme). En infériorité numérique, le RN n’a qu’à espérer les voix des députés LR pour prendre le poste. Désespérément, le RN appelle le « Les manœuvres de Nupes et la piraterie à tous les postes de l’Assemblée nationale »† Ou comme le disait Calimero : « Donc c’est injuste, c’est vraiment trop injuste. †

Le président du Medef veut coopérer avec les syndicats

Face à la possible paralysie politique liée à la fragmentation de la nouvelle Assemblée nationale, le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a déjà tout prévu : il veut construire “conformité” avec les syndicats ! “On ne peut pas rester immobile pendant cinq ans, les partenaires sociaux doivent aussi former des majorités, des majorités de circonstances”a-t-il estimé sur RMC/BFM TV.

Charente : Un patron du Medef visé par une enquête pour chantage et menaces

A noter que déjà en 2018 le patron des patrons souhaitait ouvrir un dialogue avec toutes les organisations patronales et syndicales pour : « repenser le rôle des partenaires sociaux »† Une proposition qui avait été bien accueillie à l’époque, mais qui n’a pas eu de suite. Depuis, Geoffroy Roux de Bézieux a affirmé qu’il faudrait “de nous poser tôt ou tard la question du temps de travail, des jours fériés et des congés payés”, notamment en revenant aux 35 heures. Comment trouvez-vous un “conformité” avec le gouvernement, pas avec les syndicats.

#BraunPivet #tête #rencontre #Obono #boucle #retour #robe #Duflot

Source: nouvelobs.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here