Plus de 100 meurtres dans un camp dirigé par des Kurdes en Syrie, selon l’ONU

0

Le camp de réfugiés est supervisé par les Forces démocratiques syriennes soutenues par les États-Unis et a connu un pic de violence depuis le début de 2021.

Plus de 100 personnes ont été tuées dans un camp de réfugiés du nord-est de la Syrie au cours des 18 derniers mois, selon les Nations Unies.

En janvier 2021, au moins 106 meurtres ont été documentés dans le camp d’al-Hol près de la frontière avec l’Irak, selon le coordinateur résident des Nations Unies pour la Syrie Imran Riza, qui a déclaré que le centre de réfugiés est un “Endroit très dur.”

Alors qu’un grand nombre de meurtres restent non résolus, Riza a déclaré : “beaucoup” des victimes sont des femmes, notant que “beaucoup de violences basées sur le genre” au sein du campement. Environ 94% de ses 56 000 habitants sont des femmes et des enfants, dont la plupart ont fui le groupe terroriste État islamique ou sont liés aux combattants de l’EI et sont devenus des réfugiés à un moment donné pendant la guerre civile syrienne qui a duré une décennie.

Le refuge pour réfugiés d’al-Hol a fonctionné par intermittence au fil des décennies, établi pour la première fois pendant la guerre du Golfe de 1991 entre les États-Unis et l’Irak, puis rouvert après l’invasion de Washington en 2003 pour renverser l’homme fort irakien Saddam Hussein. En 2016, des militants kurdes soutenus par les États-Unis ont réoccupé le camp au milieu de violents combats avec l’EI, la population atteignant progressivement des dizaines de milliers de personnes. Il contient désormais environ 27 000 Irakiens, 19 000 Syriens et 12 000 ressortissants de pays tiers, a déclaré Riza, ajoutant que bien que certains Irakiens aient été rapatriés, de nombreux gouvernements hésitent encore à aider les civils à rentrer chez eux.

« La majorité de la population là-bas sont des enfants. Ils sont innocents. Si vous les laissez dans un endroit comme al-Hol, vous les condamnez essentiellement à l’absence d’avenir », le responsable de l’ONU a poursuivi, arguant : “La seule solution est de vider le camp.”

Alors que le site est apparemment supervisé par des combattants kurdes soutenus par les États-Unis, l’armée américaine a averti à la fin de l’année dernière que l’État islamique utilisait le camp pour “recrutement et endoctrinement”, alors que le groupe terroriste tente de se consolider et de se regrouper après les défaites majeures des forces américaines, russes et syriennes.

#meurtres #dans #camp #dirigé #par #des #Kurdes #Syrie #selon #lONU

Source: rt.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here