Les concessionnaires prennent le relais et abaissent les ralentisseurs pour ralentir la politique policière de Cavaillon

0
6

Pour protéger leur trafic des descentes de police, les concessionnaires ont aménagé des dos d’âne dans une commune de Cavaillon. Une forme d’appropriation foncière qui inquiète les autorités.

La lutte contre le trafic de drogue se heurte à l’ingéniosité des dealers dans certains quartiers difficiles. Après les coupures de courant, la destruction des caméras de surveillance, les ralentisseurs semblent ralentir la police.

En effet, deux dos d’âne en béton armé ont été installés par les passeurs dans la commune de Dr. Ayme, à Cavaillon, rapporte France 3. Immergées très rapidement, elles étaient principalement destinées à entraver la circulation de la police, tout en témoignant d’un certain savoir-faire.

« Même avec une Peugeot 5008, il était difficile de passer. Ces dos d’âne étaient bien plus gros que les dos d’âne habituels, ils ont été montés rapidement, en une seule nuit, avec un grand professionnalisme », explique à la chaîne de télévision Bruno Bartocetti, secrétaire national Unité FO du SGP, FO pour la Zone Sud.

Les installations ont finalement été enlevées par des fonctionnaires municipaux sous contrôle de la police.

La ville du Dr. Ayme est connue comme une plaque tournante du trafic de drogue dans la région. Les attaques de drogue y sont fréquentes. Il y a quelques semaines, la police a reçu 643g d’herbe, 449g de résine de cannabis, 95g de cocaïne cachés dans un sac.

La facturation a également augmenté ces derniers temps. Fin avril, Tarik Mansouri, un trentenaire qui dirige un réseau de drogue dans la ville, a été criblé de balles alors qu’il conduisait sa voiture. Quelques jours plus tôt, une personne avait été kidnappée et agressée, ses agresseurs avaient tenté de lui faire régler une dette de drogue.

Territoires perdus de la République

Ces dos d’âne improvisés symbolisent une forme d’appropriation du territoire par les marchands, au même titre que les barrages artisanaux, fabriqués à partir de palettes ou de chariots, que l’on a vus dans certains quartiers de Marseille. Un contrôle de plus en plus clair, qui traduit aussi le retrait de l’Etat dans ces domaines.

« Il y a deux explications à l’appropriation croissante des quartiers par les narcotrafiquants : la structuration du réseau, parfois digne de véritables entreprises, et l’abandon de ces quartiers par les services publics », explique Jean-Baptiste Perrier, directeur du service France. 3 sur. Institut des sciences criminelles et de criminologie d’Aix-Marseille.

Dans les années 2000, l’expression « quartiers perdus de la République » semblait décrire ces quartiers où l’autorité de l’État a tendance à s’effondrer, au profit de réseaux criminels ou encore de systèmes communautaires.

L’assassinat du général de brigade Eric Masson à Avignon, non loin de Cavaillon, dans le cadre du trafic de drogue, avait une nouvelle fois remis cette question au cœur de l’actualité.

Dans une lettre ouverte au président, les policiers français ont enragé le syndicat, exigeant notamment la « fermeture des 600 territoires perdus de la République, y compris avec des renforts de l’armée », et appelé à l’utilisation de « postes de contrôle sur le modèle ».  » Israélien « . A ce stade, ce ne sont pas les militaires, ce sont les dealers qui contrôlent les routes de la ville de Dr. Ayme semble surveiller.

.

#Les #concessionnaires #prennent #relais #abaissent #les #ralentisseurs #pour #ralentir #politique #policière #Cavaillon

QU’EN PENSEZ-VOUS?

[comment]

PUB

Laisser un commentaire, votre avis compte!

[gs-fb-comments] [comment-form]

Laisser un commentaire, votre avis compte!