« Terre des infidèles », « Je vais décapiter la tête d’un gendarme » : un Marocain expulsé en détresse

0
12

Une personne soupçonnée de préparer un attentat a été expulsée vers le Maroc après plusieurs menaces, rapporte Marianne. Une procédure rare, tant les débats sur l’expulsion des délinquants et des radicaux étrangers font rage.

Quelques semaines après l’attentat de Rambouillet, qui a tué un policier, une personne qui prétendait vouloir attaquer la police a été renvoyée au Maroc, a précisé Marianne.

A 31 ans et vivant dans les Alpes-Maritimes, l’intéressé avait fait parler de lui en 2019. Il s’était notamment lancé dans un sermon impromptu sur le toit de sa voiture, dans une djellaba, à Cannes. Quelques mois plus tard, contrôlé au couteau, il manifeste à nouveau sa radicalité et déclare à la police : « La France est un pays d’infidèles qui ne méritent le respect du monde ».

Le soi-disant Khouya a finalement récidivé, révélant cette fois une intention criminelle, dans un supermarché de Mandelieu-la-Napoule en avril dernier.

« Je vais mettre le feu à la boutique, les gendarmes et la police sont corrompus ! » […] Je vais décapiter la tête d’un gendarme et la mettre devant le magasin ou une gendarmerie ! » il a alors pleuré, comme le raconte Marianne.

Après ces menaces placées en garde à vue, le fou a ajouté qu’il voulait mourir en martyr. Cet incident, pour lequel il a été condamné à quatre mois de prison, dont deux avec sursis, a attiré l’attention des services de renseignement. Ils ont trouvé du contenu lié au terrorisme sur son ordinateur. Le trentenaire s’était notamment interrogé sur les moyens de faire sauter un tribunal.

Une expulsion rare

Après sa sortie de prison, la personne a finalement été placée en centre de rétention administrative puis renvoyée dans son pays. Il prétendait être arrivé en France à l’âge de 15 ans grâce au regroupement familial, mais il était en réalité en situation irrégulière.

Cependant, ce type d’expulsion d’urgence reste une rareté en France. Dans le cas présent, cela tient plus à la menace de l’individu qu’à son casier judiciaire, comme l’explique un détective à Marianne.

« Apparemment fous, les hommes illégaux se promenant avec un couteau ne sont pas automatiquement expulsés » […]. On assiste ici à une accumulation de dangers qui préoccupent particulièrement l’ordre public. Et puis il y a la demande de Beauvau de donner des réponses fortes, d’expulser… », explique ce responsable de recherche.

Un vœu de Beauvau en phase avec l’actualité récente. L’attentat de Rambouillet, perpétré par un Tunisien en situation irrégulière depuis dix ans, a notamment relancé les débats sur les expulsions.

© AFP 2021 BERTRAND GUAY

« Un constat terrifiant » : les cyberharceleurs de Mila « ne sont pas tranquilles »

A cette occasion, Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat, avait exhorté dans un entretien au Point à expulser du territoire tous les étrangers en situation irrégulière et à dépouiller de leur nationalité les délinquants binationaux. Sur Europe 1, Valérie Pécresse avait, pour sa part, appelé à la fin du « niement du lien entre terrorisme et immigration », ainsi qu’à l’expulsion immédiate des immigrés clandestins.

L’exécutif semble être sur la même longueur d’onde, si l’on en croit ces récentes décisions. En octobre, au lendemain de l’assassinat de Samuel Paty, Gérald Darmanin avait ordonné l’expulsion de 231 étrangers fichés pour radicalisation. Début mai, le ministre de l’Intérieur avait également exprimé la volonté de retirer le statut de réfugié à 147 individus radicalisés ou délinquants.

.

#Terre #des #infidèles #vais #décapiter #tête #dun #gendarme #Marocain #expulsé #détresse

QU’EN PENSEZ-VOUS?

[comment]

PUB

Laisser un commentaire, votre avis compte!

[gs-fb-comments] [comment-form]

Laisser un commentaire, votre avis compte!